OnlyLyon - 2016 : Dossier de presse

Toutes les vidéos

Aide

Collapse

Uncollapse

Lyon-depuis-chartreux-2005Muriel-ChauletVille-de-Lyon-copie.jpg

Léonard Slatkin

cityofartslatkin.jpg

"Lyon est une place forte des arts"

Le maestro américain, Leonard Slatkin, a pris la direction de l’Orchestre National de Lyon (ONL) en septembre 2011.

« Lorsqu’on m’a proposé de devenir le directeur musical de l’ONL, les rapports que j’entretiens avec la musique et la culture françaises sont tout de suite remontés à la surface. Mon principal professeur de direction d’orchestre était Jean Morel, qui apprenait à ses étudiants à respecter et à aimer le répertoire. C’est grâce à lui que j’ai pu venir à Lyon avec une parfaite connaissance de l’histoire de cette superbe ville et de sa musique.

Depuis que je suis ici, j’ai appris à aimer l’art de vivre des Lyonnais, qui conjugue le dynamisme d’une grande métropole avec les valeurs d’un petit village. De fait, on profite ici du meilleur de ces deux mondes. Le soutien infaillible que la ville apporte à ses institutions culturelles est remarquable. Grâce à la renommée internationale de son orchestre et de son opéra, Lyon figure parmi les plus grands centres de musique et d’art. Les gens du monde entier convergent vers Lyon pour sa gastronomie, son cinéma et sa culture.

C’est très pratique pour quelqu’un comme moi, qui voyage beaucoup. Mon autre « chez-moi » est Detroit, dans le Michigan, plus ou moins au cœur des États‑Unis. Il y a deux vols directs par jour : tout ce que j’ai à faire, c’est de prendre un avion jusqu’à Paris Charles De Gaulle, puis sauter dans un TGV et, deux heures plus tard, je suis à Lyon. Mon épouse et moi avons un appartement qui surplombe le Rhône, de sorte que, tous les matins, nous avons une vue magnifique sur l’Université, de l’autre côté du fleuve.

Il est également très plaisant de pouvoir tout faire à pied en ville. Le quartier où nous vivons est tout à fait charmant, avec pléthore de boutiques et de restaurants. Jusque là, dans ma vie, je n’avais jamais songé à vivre ailleurs qu’aux États‑Unis. J’ai complètement changé d’avis en arrivant ici. Lorsque je me rendais à Lyon en tant que chef d’orchestre invité, j’appréciais toujours l’hospitalité des gens. Il y avait ce côté amical qui me faisait me sentir à la maison. Que ce soit pour faire mes courses à la Confluence ou pour flâner dans les rues de la Croix‑Rousse, j’avais toujours le sentiment d’être bien accueilli.

Ce mélange d’ancien et de neuf fait de Lyon un lieu idéal, non seulement pour les visiteurs mais aussi pour les gens comme moi. Je suis fier de passer autant de temps dans cette ville. On peut y être aussi occupé qu’on le souhaite, mais également prendre le temps de jouir des plaisirs de Lyon. Quand on est venu à Lyon, on se sent obligé d’y revenir. »

ONLY.ban.blocSplashscreen.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même