OnlyLyon - 2015 : Dossier de presse

Toutes les vidéos

Aide

Collapse

Uncollapse

7-copyright-Le-Fotographe--Remise-des-BO-35.jpg La remise des Bocuse d‘Or.

La gastronomie à Lyon

16

C’est le nombre de restaurants étoilés lyonnais au Guide Michelin en 2014, dont un 3 étoiles, deux 2 étoiles et treize 1 étoile.

Remise-du-Prix-Lumiere_Quentin-Tarantinoco-credit-collection-Institut-Lumiere--Photo-JL-Mege.jpg

Quentin Tarentino, prix Lumière 2013

cityofartthierryfremeaux.jpg

Thierry Fremaux

directeur de l’Institut Lumière et directeur général du Festival Lumière, est aussi le directeur général du Festival de Cannes depuis 2007.

Hangar-du-Premier-FilmJLmege-Institut-Lumiere.jpg
Le hangar du premier film.

Le saviez-vous ?

Le hangar du premier film, premier décor de cinéma de l’histoire, a été laissé à l’abandon lors de la destruction des usines Lumière au début des années 1970. Mais en 1995, il a été classé monument historique. Entièrement restauré en 1998, il accueille aujourd’hui une salle de projection de 270 places. Les spectateurs peuvent donc aller au cinéma sur le lieu de son invention. Un privilège.

Retour En avant

Des traditions revisitées et modernisées

Lyon est une ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco dont les empreintes historiques, de l’Antiquité à aujourd’hui, sont préservées et toujours visibles. Une richesse patrimoniale qui s’exprime également dans la vie culturelle au quotidien : gastronomie, cinéma, soierie... Fière de ses traditions, la Ville a su renouveler au fil du temps ces héritages avec audace, leur donnant un écho international.

Le renouveau de la gastronomie lyonnaise


La gastronomie est l’une des traditions les plus réputées de Lyon. Grâce à un homme tout d’abord : Paul Bocuse, désigné cuisinier du siècle par le Gault‑Millau et par The Culinary Institute of America. Mais aussi grâce à des lieux devenus de véritables institutions où se bousculent Lyonnais et touristes du monde entier : les bouchons, les restaurants des Mères lyonnaises, les Halles Paul Bocuse...


La gastronomie à Lyon


Aujourd’hui, une nouvelle génération de chefs talentueux émerge. Philippe Gauvreau, Christian Têtedoie, Davy Tissot... Tous portent l’héritage de la cuisine lyonnaise tout en affirmant leur caractère. Pour preuve, la reprise en 2008 du restaurant la Mère Brazier, situé en plein cœur de Lyon, par Mathieu Vianney. Le jeune chef a repris les fourneaux de cette institution en revisitant les plats traditionnels avec talent et créativité, offrant une nouvelle renommée au célèbre restaurant.


Plus récemment, la jeune chef brésilienne Tabata Bonardi, révélée par l’émission Top Chef, a pris les rênes de Margueritte restaurant, le nouvel établissement du groupe NordSud Brasseries de Paul Bocuse. Elle revisite la cuisine classique en apportant sa touche féminine.


La cuisine lyonnaise ne cesse de se moderniser et de surprendre tout en cherchant en permanence à se renouveler. Cela passe aussi par l’Institut Paul Bocuse, qui forme chaque année des étudiants de toutes nationalités que les gastronomes retrouveront dans les cuisines les plus prestigieuses du monde entier.


En chiffres


Le Sirha. Depuis 30 ans, le Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation est devenu un événement incontournable pour tous les professionnels. Le concept s’est d’ailleurs exporté à Shanghai, Genève, Istanbul et Moscou. L’objectif : apporter des solutions et des sources d’inspiration aux acteurs de la restauration. Le Sirha est un laboratoire des tendances qui accueille à chaque édition lyonnaise plus de 185 000 professionnels, dont 18 000 chefs venus du monde entier. Les temps forts du salon : la remise du Bocuse d’Or et la coupe du monde de la pâtisserie où s’affrontent plus de 60 pays.


La Cité de la Gastronomie. Lyon a récemment intégré le réseau des “Cités de la Gastronomie” aux côtés de Dijon, Paris‑Rungis et Tours. La ville continue ainsi d’écrire son histoire intimement liée aux arts culinaires. La Cité de la Gastronomie lyonnaise s’inscrit dans le cadre du grand projet de reconversion de l’Hôtel‑Dieu, joyau architectural qui fut longtemps un hôpital. 15 000 m2 seront dédiés à la gastronomie, avant un éclairage particulier sur le thème “Nutrition et santé”, hommage à l’histoire du lieu. Expositions, spectacles, cours de cuisine pour le grand public, conférences d’experts, rencontres et formation des plus jeunes... 150 000 à 250 000 visiteurs sont attendus chaque année. Ouverture prévue début 2017.


Lyon, ville du 7e art


Lyon et le cinéma, c’est une longue histoire d’amour qui remonte au XIXe siècle. En 1895, les frères Louis et Auguste Lumière, brillants touche‑à‑tout, inventent le cinématographe. Ils diffusent pour la première fois dans une salle obscure, à un public attentif, un film qui présente les ouvriers sortant de l’usine familiale. Le cinéma est né. Et Lyon devient la capitale du 7e art.


Le saviez-vous ?


Pour rendre hommage à ce patrimoine, l’Institut Lumière, installé dans le hangar des anciennes usines Lumière, organise depuis 2009 un festival consacré au patrimoine du cinéma. Son président, Bertrand Tavernier, et son directeur général, !Thierry Frémaux, ont proposé cette idée originale à la Ville de Lyon qui a été immédiatement séduite.


Les quatre premières éditions du Festival Lumière ont été un succès, avec plus de 100 000 personnes venant chaque année découvrir ou redécouvrir d’anciens films en copies neuves ou restaurées. Grand temps fort de cette semaine : la remise du Prix Lumière qui récompense un cinéaste pour l’ensemble de son œuvre. Clint Eastwood a été le premier à être primé, suivi de Milos Forman, Gérard Depardieu, Ken Loach, !Quentin Tarentino et, pour octobre 2014, Pedro Almodovar. Par ailleurs, de nombreux réalisateurs et comédiens ont pris l’habitude de participer à cet événement.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

ONLY.ban.blocSplashscreen.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même