OnlyLyon - 2015 : Dossier de presse

Toutes les vidéos

Aide

Collapse

Uncollapse

Berges-du-Rhone-reamenagees-Muriel-Chaulet-Ville-de-Lyon.jpg Les berges du Rhône.

Connaissez-vous Lyon ?

urbanhoteldieu.jpg

L'hôtel-Dieu après les rénovations

Le développement durable à Lyon

130915_02_Francfort.jpg
La gare de Lyon Part-Dieu.

Le saviez-vous ?

Lyon Part‑Dieu a été choisi pour être le site pilote du programme européen Transform, qui vise à encourager la transition des grandes métropoles européennes vers les énergies renouvelables.

70 000

C’est le nombre de promeneurs qui fréquentent chaque jour les berges du Rhône depuis leur réaménagement en 2006.

LC_009565_MD.jpg

Le saviez-vous ?

Le cube orange, bâtiment des docks fort remarqué par l’audace de sa découpe et conçu par le cabinet Jakob + MacFarlane, a été rejoint par un rectangle vert à l’étonnante façade des mêmes architectes. Ce spacieux édifice accueillera prochainement les 400 journalistes d’Euronews.

Le saviez-vous ?

D’ici 2030, le territoire naturel représentera 50 % du territoire de l’agglomération lyonnaise. A signaler également : 16 000 arbres ont été plantés en 10 ans afin de rendre la ville plus agréable.

musee-des-confluences-lyon.jpg

Le musée des Confluences

est sorti de terre à la pointe du confluent. Conçu par l’agence autrichienne Coop Himmelb(l)au, il prend la forme d’un nuage avec une charpente d’acier plus lourde que la tour Eiffel. Ce musée accueillera bientôt des expositions dédiées aux sciences de la terre, de la vie et aux sciences humaines. Ouverture prévue fin 2014.

34 millions

C’est le nombre de personnes qui viennent chaque année au centre commercial de la Part‑Dieu. Avec ses 130 000 m2, c’est le plus grand centre commercial urbain d’Europe occidentale.

Retour En avant

Un patrimoine urbain en pleine métamorphose

En quelques années, la métropole lyonnaise a changé de visage pour devenir plus moderne, plus durable, plus attractive, plus dynamique… Lyon se renouvelle en créant de nouveaux quartiers à la pointe de l’innovation, mais aussi en requalifiant des quartiers ou monuments historiques qui rendent la ville plus belle, plus verte. Tout simplement plus agréable à vivre.

Connaissez-vous Lyon ?


Redonner sa place à la nature


Construire une métropole qui se développe pour durer, tel est le défi de l’agglomération lyonnaise. La ville du futur devra être connectée, économe et végétale. À Lyon, cela passe d’abord par la reconquête des fleuves.


Le développement durable à Lyon


Après le succès des Berges du Rhône, le Grand Lyon a lancé le projet des Rives de Saône. Sur plus de 50 km, paysagistes, architectes et artistes internationaux vont créer une gigantesque promenade. Un espace unique en Europe.


L’originalité du projet, c’est son approche singulière qui conjugue aménagement du territoire, protection et développement de la faune et de la flore, végétalisation des rives et projets artistiques.


Ces Rives de Saône réaménagées valorisent les sites naturels et leur biodiversité mais aussi développent les usages liés à l’eau : pêche, aviron, transport fluvial..


L’art y ajoute sa touche particulière, permettant d’autres connexions avec le site, une approche sensible et parfois ludique. C’est Jérôme Sans, cofondateur notamment du Palais de Tokyo à Paris, qui est chargé de la direction artistique de ce projet d’envergure.


En chiffres


Celui-ci prend la forme d’un river movie où 13 artistes du monde entier ont installé plus d’une vingtaine d’œuvres originales dans des espaces revisités par urbanistes et paysagistes : sculpture en poudre de marbre des Scandinaves Elmgreen et Dragset, lucioles aquatiques d’Erik Samakh, belvédère en perles de verre de Jean‑Michel Othoniel, sculpture baroque de Pablo Reinoso, escalier de Lang et Bauman, météorite ludique du Gentil Garçon... Tandis qu’un fil rouge artistique ponctué de 6 oeuvres singulières a été confié au Japonais Tadashi Kawamata.


Au final, le parcours se divise en huit séquences traversant 14 communes et 5 arrondissements de Lyon.


Le saviez-vous ?


Les 15 premiers kilomètres de ces Rives de Saône ont été ouverts à l’été 2013. Une seconde phase débutera en 2016.


Pour relier ces bords de Saône réinventés au centre‑ville, au Vieux Lyon et à la colline de Fourvière, un nouvel espace vert de près de 5 hectares va voir le jour. Baptisé Les Terrasses de la Presqu’île, ce projet a été confié à un groupement d’entreprises mené par l’architecte Jean‑Michel Wilmotte. La livraison est prévue en 2019.


Hôtel‑Dieu, un patrimoine revisité


Ancienne résidence de Rabelais, l’Hôtel‑Dieu est un chef‑d’œuvre de l’architecture du siècle des Lumières classé monument historique. Installé en plein cœur de Lyon, ce bâtiment va être complètement réhabilité par le groupe Eiffage. L’objectif est de renouer avec le passé prestigieux de ce lieu tout en l’intégrant dans le XXIe siècle.


L'hôtel-Dieu après les rénovations


Au cours de son histoire, l’Hôtel‑Dieu a été un lieu d’échanges et de rencontres. En s’ouvrant au public, il revendique à nouveau cette facette de son identité. D’ici 2017, il abritera ainsi un hôtel, des bureaux et des commerces organisés autour de la Cité de la Gastronomie. Cette dernière sera dédiée à la valorisation des arts et des plaisirs de la table.


L’Hôtel-Dieu a pour ambition de devenir une place incontournable de la vie lyonnaise, aussi bien pour les habitants que pour les touristes. D’ailleurs, les 1 500 m2 de cours intérieures et jardins vont être transformés en véritables lieux de détente et d’échange. Une bulle verte en plein centre‑ville. À terme, l’Hôtel‑Dieu devrait attirer de 150 000 à 250 000 visiteurs par an.


Dossier de presse

description de l’imageTélécharger le dossier de presse Grand Hôtel-Dieu


Le renouveau de Lyon Part‑Dieu, poumon économique de la métropole


Lyon Part-Dieu, l’un des quartiers d’affaires les plus importants d’Europe, a été conçue dans les années 60 par l’architecte Charles Delfante. Avec l’implantation de la gare TGV en 1983, ce quartier est devenu le moteur de la croissance et du développement économique de l’agglomération lyonnaise. Le Grand Lyon souhaite aujourd’hui donner une nouvelle dimension à ce hub métropolitain. L’objectif est de renforcer le rayonnement européen et international du quartier d’affaires tout en le rendant plus agréable à vivre pour ses usagers et ses habitants. Cette mission a été confiée à l’équipe d’architectes et urbanistes de l’AUC, chargée d’imaginer les espaces publics, la gare et les immeubles dont les usagers, habitants, salariés ou voyageurs ont envie et besoin. Ce projet urbain porte la marque de l’héritage des années 60 et 70 grâce à la conservation et parfois à la réhabilitation des bâtiments existants. Il se veut aussi moderne et innovant et propose donc de faire cohabiter ces constructions anciennes avec des constructions contemporaines et audacieuses imaginées par de grands architectes internationaux (Dominique Perrault, Valode et Pistre ou encore Chaix et Morel, Winy Maas ou Christian de Portzamparc).


En chiffres


Bien plus qu’un projet d’urbanisme, Lyon Part‑Dieu se positionne comme un véritable laboratoire urbain intégrant les multiples fonctions, usages et services de la ville de demain. Premier sujet d’envergure : la transformation de la gare de la Part‑Dieu, aujourd’hui totalement saturée, avec de grands travaux de réaménagement, que ce soit dans le hall, sur les voies ferrées ou dans les espaces alentour.


Deuxième préoccupation majeure : poursuivre la dynamique d’implantation d’entreprises. Aujourd’hui, la Part‑Dieu compte 1 million de m2 de bureaux. L’objectif est d’arriver rapidement à 1,5 million afin d’assurer une visibilité internationale à Lyon et son agglomération, en pariant sur la verticalité et l’intensité urbaine. Après la tour Oxygène, installée juste à côté du célèbre crayon de la Part‑Dieu, d’autres tours doivent voir le jour prochainement, dont Incity en 2015, une tour de 200 mètres de haut (40 000 m2 de bureaux) qui deviendra la première tour tertiaire de centre-ville français labellisée BBC. D’ici quelques années, c’est une véritable skyline qui se profilera dans le paysage lyonnais.


Le saviez-vous ?


Tout en restant un pôle économique compétitif, Lyon Part‑Dieu ambitionne aussi de devenir un quartier plus facile et plus agréable à vivre pour les résidents des 3 500 logements déjà présents sur le quartier, mais aussi pour les futurs occupants des 2 500 nouveaux logements, conçus dans des espaces de qualité et agréables à vivre. En parallèle, des espaces largement végétalisés vont être créés, des rues entières vont être repensées pour devenir plus adaptées aux modes doux, des promenades piétonnes vont relier les différents points centraux du quartier... Au total, c’est 30 ha d’espace public qui seront requalifiés. C’est le concept du “sol facile” que le cabinet AUC a choisi de mettre au cœur du projet, qui s’étendra jusqu’au toit du centre commercial de la Part‑Dieu : actuellement utilisé comme parking, il va être transformé en un immense toit‑terrasse avec une vue imprenable sur la ville.


Lyon-Confluence, un nouveau quartier audacieux


Ancienne friche industrielle située en plein cœur de la ville, Lyon‑Confluence disposait d’un formidable potentiel de développement. En 2002, le Grand Lyon s’est lancé dans un projet audacieux : doubler avec ce nouveau territoire la superficie du centre de Lyon en créant un quartier contemporain, inventif et durable. Le mot d’ordre : imaginer de nouvelles façons d’habiter la ville.


La seconde phase du projet Lyon‑Confluence vient d’être lancée. Sa réalisation a été confiée à l’agence suisse Herzog & de Meuron, en lien avec le paysagiste Michel Desvigne. Au programme : aménagement de l’ancien marché d’intérêt national pour construire un parc d’habitations, création d’îlots végétalisés, installation de nouveaux services et commerces sur 420 000 m2...


Le saviez-vous ?


La Confluence respecte les quatre grands principes chers à la métropole lyonnaise :


• Respecter la mémoire des lieux.Grues, rails et anciens matériaux portuaires ont été conservés et embellis, tout comme les anciens bâtiments industriels : les Salins du Midi sont devenus un espace gastronomique haut de gamme tandis que la Sucrière est aujourd’hui un lieu phare pour l’accueil d’événements culturels. De même, le pavillon des douanes abrite des logements, un restaurant, des galeries d’art...


Le musée des Confluences


• Miser sur l’écologie. À Lyon‑Confluence, la nature reprend ses droits. La place nautique a été organisée autour d’un plan d’eau afin de faire entrer pleinement l’eau dans la ville. Encore un beau symbole de la reconquête des fleuves. À proximité, le parc de Saône propose une trame verte de 2,5 km agrémentée de jardins aquatiques.


• Devenir un modèle à l’international. Avec Lyon‑Confluence, le Grand Lyon démontre son inventivité et sa volonté d’aller toujours de l’avant en faisant appel aux meilleurs concepteurs, architectes et urbanistes internationaux pour créer un environnement urbain singulier : Tania Concko, Massimiliano Fuksas, Winy Maas, Kengo Kuma...


• Faciliter la vie des habitants. Pôle de loisirs et de commerces, parkings, navette fluviale, logements HQE... Lyon‑Confluence se veut un quartier facile à vivre et depuis le lancement de la première phase du projet, 4 000 habitants sont déjà venus s’installer dans le quartier.


Dossier de presse

Télécharger le dossier de presse La Confluence

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

ONLY.ban.blocSplashscreen.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même